jeudi 15 avril 2010

Air du génie du froid (Henry Purcell)

L’un de mes airs d’opéra préférés.

« What power art thou » (acte III, scène 2) de l’opéra « Le Roi Arthur » du compositeur anglais Henry Purcell (1659-1695) rendu célèbre par le chanteur allemand Klaus Nomi.

« What Power art thou, who from below
Hast made me rise unwillingly and slow
From beds of everlasting snow?

See'st thou not how stiff and wondrous old
Far unfit to bear the bitter cold,
I can scarcely move or draw my breath?
Let me, let me, let me freeze again to death »
(Source Internet : OperaGlass)

Traduction :

« Quelle puissance es-tu, toi qui, du tréfonds,
M'as fait lever à regret et lentement
Du lit des neiges éternelles ?
Ne vois-tu pas combien, raidi par les ans,
Trop engourdi pour supporter le froid mordant,
Je puis à peine bouger ou exhaler mon haleine ?
Laisse-moi être transi, laisse-moi mourir à nouveau
de froid ! »
(Source Internet : Cours Maintenon)

« Cupidon a réveillé le génie du froid pour mettre à l'épreuve l'amour. » (Denis Lorthiois)

Très belle interprétation du contre-ténor Manuel Brás da Costa.



Lien pour voir l'impressionnante scène de la « mort de Molière » dans le film d’Ariane Mnouchkine (1978). Le baryton Maurice Beavan y interprète cet air d'une manière magistrale.

Cet autre lien pour entendre l'interprétation du baryton Denis Lorthiois (Vauréal, France). Ce chanteur, très déçu de ce qu'il entend sur cet air interprété par les barytons, a décidé de le faire lui-même. C'est une initiative heureuse, puisque le chant est beau, la voix est cristalline et l'effet cathédrale ajouté à la voix est plaisant à entendre. Même chose avec le début en contre-ténor, plus limite avec la voix de baryton Martin (baryton léger) de monsieur Lorthiois.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Pour que le commentaire soit publié, inscrivez-le dans l'espace réservé, sinon faites-le-moi parvenir à cette adresse: chartrandsaintlouis@gmail.com.